L’envers du décor

4027801_orig

Décors N°12 : Claude Martin, luthier

Décors N°12 : Claude Martin, luthier

Ce mois-ci, « L’envers du décor » vous emmène au coeur même des entrailles des instruments de musique à archets. Violons, altos, violoncelles, contrebasse… Ils n’ont aucun secret pour Claude Martin qui les fabrique, les peaufine et les répare. Claude Martin est luthier et nous accueille dans son atelier qui sent bon le bois coupé pour nous

[tango]

Décor N°11 : Alexandre Schoenhaus, joaillier

Diamant, or, argent, rubis… Ca brille de milles feux et ça coûte souvent très cher ! Mais pour concevoir ces bijoux d’exception qui orneront le cou et poignet des stars du tapis rouge, il faut d’abord penser à toutes les contraintes de fabrication, à  commencer par la demande du client. Alexandre Schoenhaus, joaillier dans l’entreprise

Magali Dougados

Décor N°10 : Yvan Bing & Laurent Vonlanthen, ingénieurs du son

Du vinyle au MP3, en passant par la K7 ou le MiniDisc, la musique a pris de nombreux visages. Mais dans le processus, on retrouve toujours une même étape essentielle : l’enregistrement. Etape difficile pour certains, ou révélatrice pour d’autres, elle prend autant de formes que de styles musicaux qui existent. Rencontre avec Yvan Bing

DSC_6675-2

Décor N°9 : Antonin Gantet et Antoine Pellet, responsables électricité du Paléo

  Oyé, oyé ! Les festivals de l’été sont arrivés ! Mais au fait, comment ça se prépare un festival ? Plusieurs semaines, voire mois avant, c’est toute une équipe, composée de professionnels et/ou de bénévoles, qui vient poser les premières pierres d’un microcosme culturel éphémère. Antonin Gantet et Antoine Pellet sont en charge de

DSC_6528-2

Décor N°8 : Lionel Graf, ingénieur lumière

De l’ombre à la lumière. Lionel Graf, technicien lumière indépendant invité de ce 8ème numéro, ne pouvait pas mieux représenter le thème de l’émission « L’envers du décor ». Que ce soit pour des événements privés ou publics, culturels ou soirées de gala, artistiques ou fonctionnels, Lionel agit dans l’ombre pour faire jaillir la lumière et mettre en

DSC_6524-2

Décor N°7 : Mireille Dessingy, costumière

Ce mois-ci, « L’envers du décor » part à la rencontre de Mireille Dessingy, une costumière passionnée et passionnante. Elle nous ouvre les portes de son atelier indépendant, en plein coeur de Genève. L’occasion de découvrir les multiples facettes du métier de costumière. Mireille Dessingy est aussi la présidente de « Costumières & Cie », une association de création

sans titre

Décor N°6 : le Muséum d’histoire naturelle

Du 27 au 29 mars, Genève célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art. A cette occasion, une quarantaine de professionnels présentent leur métier-passion dans plus de 30 lieux différents. « L’envers du décor » a pu suivre l’une de ces visites au Muséum d’histoire naturelle. Au programme : la visite des ateliers de décoration, de taxidermie et

DSC_6462-1

Décor n°5 : Daniel Pellegrino, éditeur

Avis aux amateurs du 9ème Art qui se demandent quel est tout le chemin parcouru par les bandes dessinées avant d’atterrir entre les mains des lecteurs. Pour mieux comprendre la « chaîne du livre », nous avons rendez-vous avec Daniel Pellegrino, fondateur des éditions Atrabile à Genève.  Playlist : Eric Elmosnino & Leatitia Casta – Comic Strip

DSC_5865

Décor N°4 : Isabel Garcia Gomez et Lucie Monot, restauratrices-conservatrices

Rendez-vous dans les locaux tout neufs du nouveau Musée d’éthnographie de Genève pour rencontrer Isabel Garcia Gomez et Lucie Monot. Les deux restauratrices-conservatrices du musée prennent soin des objets exposés avec des gestes minutieux et beaucoup de passion. Alors sortez vos scalpels, pinces et autres grattoirs et laissez-vous transporter dans les coulisses du musée.  

Décor n°3 : Eduardo Gutierrez, projectionniste

Prenons de la hauteur pour découvrir l’envers du décor des salles de cinéma en allant rendre visite à Eduardo Gutierrez dans sa cabine de projection. Projectionniste du cinéma Bio de Carouge, il a vécu la transition du 35 mm au format numérique. Et même si les gestes ont changé, la passion pour le 7ème Art est

Top