JazzOnze+ 2017: Découvrir le jazz

Copyright @ Michael Bertholet, François Graf

 

Pour la première fois au JazzOnze+, la radio La Fabrik est allée explorer ce festival pour vous et y a retrouvé deux artistes qui débutent dans le genre à recommander pour ces auditeurs. Retour sur les concerts du Monty Alexander Trio et de Cecile McLorin Salvant.

 

Vous ne connaissez pas le jazz ou vous pensez ne pas l’aimer . Les deux soirées du 2 et 3 novembre au festival JazzOnze+ de Lausanne, avec le Monty Alexander trio et Cecile McLorin Salvant, auraient juste fait l’affaire pour vous.

Avec Monty Alexander, vous auriez eu accès à un répertoire pour trio (piano, batterie, contrebasse) naviguant entre blues, reggae, swing et calypso – genres qui parlent très bien à un public générique – mais avec une touche jazz – pour les oreilles plus expérimentées. Le Monty Alexander trio avec Jason Brown à la batterie et Hassan Shakur à la contrebasse donnera du plaisir en se donnant du plaisir. Leurs sourires vous feront sourire (et n’est-ce pas contagieux ?). Les élégantes reprises de Stir It Up et No Woman No Cry vont vous surprendre. Mais vous y verrez surtout un batteur comme il y en a peu dans le monde : Jason Brown. Brown, qui est le rythme parfait, la puissance explosive, le contrôle absolu… et beaucoup de fun. Quand Brown joue, vous allez perdre la mâchoire. Avec un style comparable à l’extraordinaire Jo Jones, on pourrait presque en oublier Alexander (qui d’ailleurs arrête lui-même de jouer quelque fois juste pour aller le regarder) et avoir seulement Brown sur scène. C’est assuré que vous aurez le même degré de bonheur et satisfaction.

Également marrante, la chanteuse Cécile McLorin Salvant est un autre type de jazz, plus fin et subtile, mais qui peut toujours attirer les débutants dans le genre jazz. Accompagnée par le trio du pianiste Aaron Diehl (Paul Sikivie à la contrebasse et Kyle Poole à la batterie), qu’on peut trouver un peu aride et pas trop émouvant, le timbre de McLorin est au centre de l’attention. Décrite comme une des voix les plus belles et pures du moment, McLorin ne déçoit pas ! On a parlé de sa technique vocale comme de quelque chose « tellement éblouissant qu’elle annihile tout sentiment d’effort, donc de présence d’une technique. » (Alex Dutilh, France Musique). Avec des aigus frémissants et des graves qui remuent l’âme, un timbre chaud et une justesse parfaite, la diva de 27 ans, timide en apparence, touche au cœur et va à l’essentiel. Conteuse émérite, McLorin utilise sa musique pour chanter tant des textes comiques que des morceaux plus sombres évoquant la situation des afro-américains (McLorin a des origines haïtiennes et guadeloupéennes et vit à Harlem). Elle interprète aussi des chansons moins connues qui l’ont intéressée pour leur côté théâtral, comme Somehow I never could believe depuis l’opéra Street Scene.

Etes-vous convaincu(e)s  maintenant ? Si oui, on se retrouve aux prochains festivals jazz de Romandie !

Authors

Related posts

Top