La Nuit Exquise des Musées : Drame ludique à Genève. Mais que font Gus and Co ?

affiche_ndm15_gd

Le samedi 16 mai 2015 avait lieu la Nuit Exquise des Musée. Evénement qui permet de visiter les musées genevois sous un angle différent, il a été le théâtre d’une animation bien particulière : Sherlock Holmes Live, Les Héritiers du Griffon, une soirée mystère organisée par Gus and Co. Notre reporter s’est lancée dans l’aventure. Retour sur une soirée très mouvementée…

A l’occasion de la Nuit Exquise des Musées, Gus and Co, organisateurs de jeux en tout genre, ont eu la belle idée d’organiser une enquête géante mêlant mystère et énigmes. Les héros de cette aventure ? Tous les Genevois assez téméraires pour tenter l’aventure.

Le pitch, le voici : le grand Sherlock Holmes est emprisonné au Palais de Justice après une altercation avec un magistrat de la ville. Mais l’affaire est moins claire qu’il n’y parait. C’est donc aux joueurs d’aider Sherlock et de le sortir de ce qui semble être une ignoble machination. Pour ce faire, ils devront interroger des personnages et résoudre des énigmes éparpillés dans divers musée de la ville. Belles découvertes et explorations en prévision en somme.

Hélas, si l’idée de base était belle et originale, elle est loin d’avoir tenu ses promesses… Car entre un timing beaucoup trop serré, des bugs informatiques, des énigmes difficiles à résoudre sans l’aide des surveillants des musées et un Gus complètement injoignable, le jeu a cumulé les couacs.

Samedi 16 mai, le jeu prenait son départ entre 18h et 19h près des Archives d’Etat, vers les canons et devait prendre fin autour de 23h, heure de fermeture des musées en cette nuit spéciale. Un timing relativement serré, qui ne laissait pas de place aux trajets imposés ni aux éventuels bugs qui auraient pu survenir. En somme, il suffisait de rester bloqué une demi-heure face à une énigme et vos chances de réussir à temps s’amenuisaient considérablement.

Pour avancer dans l’enquête, les joueurs devaient trouver des QR codes, les scanner et rentrer un mot de passe inscrit sur le code en question. Hélas à plusieurs reprises, des soucis informatiques ont empêché les joueurs d’avancer dans le jeu : l’illisibilité de certains mots de passes, l’impossibilité de les rentrer sur internet, ainsi que des mauvais liens internet ont ralenti et démotivé de nombreuses équipes, qui ont choisi d’abandonner le jeu.

Néanmoins, on remarque que Gus and Co avaient prévu des solutions de secours pour les joueurs qui auraient rencontré des problèmes, qu’ils soient dus à l’informatique ou à la difficulté des énigmes. Nombres de surveillants de musées avaient été mis au courant des énigmes et de leurs solutions. Tandis que certains envoyaient des participants sur de fausses pistes, histoire de rajouter un peu de piment à l’aventure, d’autres approchaient certains joueurs en détresse et leur donnaient un petit coup de pouce. Mais nombreux sont les joueurs n’ont pas eu cette chance. Alors que les informations et les astuces pour contourner les problèmes informatiques ont été divulguées par les surveillants à quelques participants, beaucoup n’en ont jamais eu connaissance et sont restés bloqués au début de l’enquête. De quoi faire rager même les plus patients…
L’autre solution mise en place par les organisateurs en cas de problème était de pouvoir contacter le « Docteur Watson », autrement dit un organisateur, par le biais d’un sms. En effet, les joueurs possédaient un QR code qui leur permettait d’envoyer automatiquement un message type à un numéro fourni avec pour recevoir de l’aide. Encore une bonne idée, mais qui n’a pas tenu la route… Les messages de détresse sont restés sans réponse… Et pour cause ! Gus and Co ne les a certainement jamais reçus, puisqu’il y avait une erreur dans l’indicatif du numéro fourni aux joueurs…

Une belle déroute finalement. Et c’est bien dommage car l’idée de Gus and Co était brillante et le cadre dans lequel elle prenait place était idéal. Car derrière le fait de résoudre une enquête, il y avait bien plus : cet événement ludique était une formidable occasion pour faire découvrir les lieux magnifiques de la culture aux Genevois. Malheureusement, certains joueurs n’auront que cela pour se consoler, après cette immense déception.

– Joana Lopes

Authors

Related posts

Top