Cully Jazz 2016 : Scarecrow

160408_Scarecrow_photo-de-Vincent Bailly

Le Next Step ouvre ses portes aux premiers Cully-curieux avec du blues-hiphop toulousain. Et quoi donc ?

Cette année, le Cully Jazz au Next Step  débute avec une curiosité : Scarecrow. Scarecrow est un quartet à la frontière du hip-hop, du blues et du rock. Ces quatre toulousains n’ont pas choisi un nom gai. Mais la vie est-elle gaie ? Pas toujours. La voix rauque de Slim Paul exprime le trouble intérieur de l’être humain, perdu sur une route de sable et poussière, sans aucun autre objectif que de continuer à user ses souliers. C’est une voix qui contraste fortement avec le corps très fin du chanteur et son air timide. Mais c’est aussi un cri intime et solitaire qui correspond très bien à son style mystérieux, bohémien et « steam-punk » avec les yeux clairs et globuleux cachés dans l’ombre d’un chapeau noir et le contraste entre ses vestes noires de costume, chemise blanche et cravate rouge et sa paire de jeans.

Les mots de Paul chantés en anglais sont ensuite accompagnés par le rap engagé du DJ Antibiotik Daw et ses platines. Ses textes – en français – critiquent ouvertement la société d’aujourd’hui qui nous étouffe avec sa logique du profit et du conflit. Les platines d’Antibiotik jouent sur le rythme du batteur Lorenzo Pap’s Luciani dont les compétences techniques semblent les meilleures parmi le jeune groupe. Dans son petit coin au fond de la scène il gère bien un concert non-stop, très interactif et dynamique, pendant que le bassiste Jamo est en charge d’amuser le public. Il incite le public à chanter, à sauter, à danser, il présente les musiciens, il remercie le staff du festival… bref, il est le PR du groupe !

Scarecrow est un groupe intéressant et une compagnie agréable, mais surement avec des choses à améliorer, notamment en y ajoutant au moins une trompette et un sax’ ténor ?

Scarecrow, épouvantail. Effrayer les corbeaux. Effrayer le symbole de la mort. Effrayer le malheur. L’éloigner, haut dans le ciel. Ainsi, le profil noir des corbeaux s’efface dans la lumière du soleil et nous pensons voir des colombes. Et peut-être est-ce vrai, que le noir est aussi blanc, qui sait, mais au moins nous n’avons plus peur. Le terreur nous n’a pas eu et nos regards se lèvent vers les montagnes encore enneigées au bord du Lac Leman.

Plus de Scarecrow ici : http://www.blueshiphop.com/
Une dégustation de leur musique ici : https://www.youtube.com/watch?v=lxgDdNXe4KA

Authors

Related posts

Top